CEREFIBRES, mesurer le seuil d’accessibilité des fibres

Une nouvelle étape devrait être franchie début 2017 avec le lancement d’une enquête visant à mesurer le seuil d’accessibilité des fibres dans les produits céréaliers par les consommateurs.

 

Depuis plusieurs années, un groupe de travail regroupant plusieurs acteurs de la filière (dont la FEB, mais aussi Alliance 7, l’association nationale de la meunerie, l’Observatoire du pain, Intercéréales…), s’efforce, à la demande du ministère de l’Alimentation à l’époque, de la DGAL désormais, de trouver les leviers permettant d’augmenter la ration quotidienne de fibres des Français, comme recommandé par le dernier PNNS.

 

Les produits cĂ©rĂ©aliers sont grand pourvoyeur de fibres, mais les doses sont plus importantes (et donc satisfaisantes) dans les produits qualifiĂ©s de «bruns», en gĂ©nĂ©ral enrichis de fibres, au dĂ©triment des produits blancs. Comme l’a illustrĂ©e une Ă©tude menĂ©e Ă  l’automne 2014 par TNS Qualitative Ă  la demande de ce groupe de travail, les produits bruns sont respectĂ©s mais considĂ©rĂ©s comme des produits diĂ©tĂ©tiques, peu gustatifs, peu appĂ©tissants… et en consĂ©quence, peu achetĂ©s. L’équation reste donc Ă  trouver pour mettre Ă  disposition des Français des produits « blancs Â» riches en fibres, sans qu’ils soient perçus comme des produits pour « malades Â».

 

La DGAL vient de donner son accord pour financer Ă  concurrence de 40 000 €  reprĂ©sentant 50% maximum du budget total, une Ă©tude visant Ă  analyser le degrĂ© d’accessibilitĂ© de fibres. Compte tenu de ces contraintes, une Ă©tude pourrait ĂŞtre confiĂ©e  au laboratoire RMT Actia Sensorialis (INRA de Dijon) pour tester  3 niveaux d’enrichissements de fibres auprès de cibles grand publics. Deux produits seraient testĂ©s : un pain (baguette) et un biscuit, rĂ©alisĂ©s par des acteurs de la profession.

 

Le projet doit être déposé avant fin janvier pour que l’étude soit menée durant l’année 2017.