La FEB aux Etats généraux de l’Alimentation

Les Etats généraux de l’Alimentation ont été lancés le jeudi 20 juillet à Bercy, en présence du Premier Ministre Edouard Philippe, du Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert et du Ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot. Le Président Emmanuel Macron, Agnès Buzyn Ministre des Solidarités et de la Santé et Bruno Le Maire Ministre de l’Économie et des Finances n’étaient pas présents, une « absence remarquée » pour reprendre le terme des médias, faisant craindre des Etats généraux de l’Alimentation « moins ambitieux » que prévu.

 

La FEB y était présente et Armelle Favre a suivi de près les débats tout au long de cette journée.

 

Pour rappel, les Etats généraux de l’Alimentation réunissent 500 à 600 acteurs du secteur, des représentants des agriculteurs, des industriels, des distributeurs mais aussi des porte-parole des associations environnementales ou de consommateurs et des élus locaux. Lors de cette première journée de lancement, les thématiques abordées ont été les suivantes :

  • Quelles tendances alimentaires ? Que retenir des derniers rĂ©sultats de l’étude nationale des consommations alimentaires (INCA) ?
  • Quelle situation Ă©conomique dans les principales filières alimentaires française ? Quelles connaissance sur l’évolution des prix et la rĂ©partition de la valeur ?
  • Quelles Ă©volutions dans la distribution ?
  • Quelle promotion d’une agriculture durable pour faciliter la transition Ă©cologique ?

Les thématiques, une fois présentées étaient proposées à la réflexion des participants, qui pouvaient prendre la parole.

Le maître mot de cette journée a été « répartition de la valeur », ce qui a engendré des questions de la part de la salle, dans une atmosphère parfois houleuse. La question de la réelle mise en œuvre du calendrier des actions déterminées à la fin de ces Etats généraux et la place des politiques dans cette mise en œuvre a également été soulevée de nombreuses fois. Stéphane Travert s’est voulu rassurant, en affirmant que la vocation des Etats généraux de l’Alimentation consistait en des conséquences fortes sur le plan opérationnel.

 

Nous sommes en lien avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation mais également de l’Ania et suivons de près les différents groupes de travail dans lesquels la présence de la FEB – via des adhérents, ou des permanents de la FEB – est particulièrement importante.