Rencontre CEBP SUR LES RESEAUX DE BOULANGERIE

La rencontre du 8 décembre du CEBP était consacrée aux réseaux de boulangerie, qui se développent et bouleversent le paysage de la profession. Invité, le président Cantenot a apporté son éclairage via l’expérience de la Panière, en Savoie.

 

Tout a-t-il commencĂ© avec Banette ? L’initiative d’un groupement de meuniers, en 1979, de concevoir une baguette qualitative afin de rehausser l’image du pain et de la boulangerie, marque une date dans l’histoire de la boulangerie, comme l’a rappelĂ© Bernard SELLER, ancien DG et prĂ©sident de la Maison Banette, et premier intervenant de la rencontre du 8 dĂ©cembre organisĂ©e par le CEBP.

 

La mise au point de cette baguette, puis du concept de magasin adopté par 3000 boulangers a ouvert la voie à des stratégies de marques développées depuis par d’autres enseignes. Sur des positionnements différents, Pascal Cantenot, PDG de La Panière (réseau de 31 magasins en Rhône-Alpes en propre et en franchise), et président de la FEB, Francis Bultel, fondateur des boulangeries ANGE, (78 magasins en franchise) et Alexis Jobard, DG de la Maison Landemaine (12 boutiques en propre sur Paris) ont illustré la diversité des concepts et des modèles économiques en vigueur.

 

Ces rĂ©seaux bouleversent le paysage classique de la boulangerie. Le pragmatisme, la cohĂ©rence du projet, la confiance entretenue avec le consommateur, la qualitĂ© constante des produits, l’exigence de l’accueil et du service constituent autant de choix assumĂ©s par ces entrepreneurs. Pas de modèle idĂ©al pour autant : ces choix peuvent privilĂ©gier l’approche artisanale ou la modernitĂ©, dans l’organisation de la production ou le design des boutiques, l’implantation en centre-ville ou en pĂ©riphĂ©rie, un dĂ©veloppement maĂ®trisĂ© reste la clĂ© du succès. Le tĂ©moignage d’Eugène Abraham, responsable des Compagnons du Devoir, conscient de la nĂ©cessitĂ© de revoir la formation des futurs acteurs de la boulangerie et pâtisserie, afin d’aller plus loin que la simple transmission du geste,  confirme le sentiment de cette rencontre qui a montrĂ© le visage d’une profession ouverte, sans cesse en renouvellement… un bon gage pour rĂ©inventer son avenir, sans aucun doute.